le programme de Nathalie Arthaud

En 2017, aura lieu, en France, l'élection présidentielle.
lelicenciement.fr saisit l'occasion pour demander aux présidentiables de présenter aux internautes leurs propositions sur le droit du travail.

le programme de Nathalie Arthaud

Messagepar didier schneider » Mer Nov 02, 2016 3:43 pm

Nathalie Arthaud a répondu à notre questionnaire, et voici sa réponse, avec trois liens de vidéos :


Nathalie ARTHAUD
Candidate du parti Lutte Ouvrière


J'ai bien reçu votre message et c'est avec plaisir que je réponds à votre sollicitation, d'autant que je me présente à l’élection présidentielle pour faire entendre le camp des travailleurs.

Et en ce qui concerne les licenciements, bien de mes camarades y sont régulièrement confrontés, que ce soit dans leur activité syndicale ou politique. Pour nous qui sommes communistes et militons dans la classe ouvrière, c'est un sujet qui nous identifie, car nous sommes pour … l'interdiction pure et simple des licenciements.

Pour un travailleur, être licencié, c'est la perte de son gagne-pain pour lui et sa famille. Rien ne justifie de jeter au bord de la misère des familles de travailleurs, et surtout pas les arguments que bien des employeurs utilisent pour justifier cette condamnation à la précarité et à la misère. Lorsqu'ils évoquent la compétitivité, la rentabilité, les aléas du marché, la concurrence, ils ne font qu'agiter un écran de fumée pour ne pas parler de leurs profits actuels ou passés, qui pourraient servir justement à préserver les emplois et les salaires de ceux qui les ont produits.

Je vous dirais également que lorsque j'utilise les mots de "travailleurs", de "classe ouvrière", je parle aussi bien de la caissière de supermarché à temps partiel, du routier, de l'ouvrier sur chaîne, mais aussi de la laborantine ou de l'enseignant comme du pilote de ligne. Indépendamment des différences de rémunérations, de statuts, de professions, sans parler des divisions entretenues par le patronat entre hommes et femmes, salariés en CDI et intérimaires ou sous-traitants, travailleurs du public et du privé, tous vivent ou essaient de vivre de leur travail sans exploiter personne, tous ont les mêmes intérêts face à ceux qui les exploitent ou les utilisent.

Dans cette lutte des classes qui l'oppose au patronat comme aux politiciens à son service, il est arrivé que la classe ouvrière obtienne des avancées, des protections, parfois même inscrites dans la constitution comme "le droit au travail" (voire note), dans le code du travail ou les conventions collectives. Mais rien n'est vraiment acquis ni "gravé dans le marbre" et c'est de haute lutte qu'il faut toujours se battre pour éviter les retours en arrière, comme on vient de le vérifier avec la loi El Khomri. Et je suis convaincue qu’au travers de leur lutte, les travailleurs parviendront à la conscience que l'on peut se passer de la classe de la minorité exploiteuse et de son pouvoir sur la société.


Vidéo : http://cgt-psa-aulnay.fr/video/action-commune-psa-renault-renault-flins-545



lelicenciement Quel est votre constat sur le droit du travail ?

Nathalie Arthaud Le droit du travail, le code du travail c'est le reflet du rapport de forces entre la classe ouvrière et le patronat. Aujourd'hui le rapport des forces n'est pas favorable aux travailleurs mais la lutte du printemps dernier contre la loi Travail montre que la classe ouvrière peut relever la tête. C'est avec des mobilisations encore plus importantes, par les grèves, les manifestations que les travailleurs se donneront les moyens de contester cet ordre social injuste et inégalitaire et d'imposer leurs droit de vivre décemment : "Il n'y a pas de sauveur suprême, ni dieu ni César ni tribun, producteurs sauvons nous nous-mêmes".

Vidéo : http://www.lutte-ouvriere.org/multimedia/interventions-tv-et-radio/manifestation-contre-la-loi-travail-paris-68898.html

lelicenciement Que voulez-vous changer dans le code du travail ? Que voulez-vous préserver ?

Nathalie Arthaud Face au chômage nous sommes pour imposer l'interdiction des licenciements, le partage du travail avec maintien du salaire. Nous sommes pour l'augmentation générale des salaires, retraites et pensions, en prenant sur les profits qui ne servent qu'à la spéculation. Nous sommes également pour le contrôle total de l'économie par les travailleurs, et pour commencer la suppression du secret bancaire, commercial et industriel sous menace d'expropriation. Tout cela ce n'est pas un "code du travail" bien évidemment, mais c'est en luttant pour ces objectifs qu'on modifiera le rapport des forces et que les travailleurs feront valoir leurs droits.

lelicenciement Quel est votre point de vue sur le syndicalisme ?

Nathalie Arthaud

La quasi totalité de nos camarades ont une activité syndicale, car face au patronat et à ses serviteurs politiques, les travailleurs doivent s'organiser collectivement pour la défense de leurs intérêts immédiats. C'est un bon début pour parvenir à la conscience qu'un monde sans propriété privée des moyens de production, sans concurrence, sans exploitation est possible.
Nous constatons que cet objectif n'est plus celui des grandes confédérations syndicales bien plus soucieuses de leurs intérêts de boutique que d'organiser les luttes générales de la classe ouvrière. Il a fallu attendre 4 ans après l’élection de Hollande pour que certaines confédérations syndicales se mobilisent contre la dernière attaque du gouvernement, après avoir laissé passer toutes les autres émanant d’un gouvernement qu’ils avaient contribué à faire élire.


lelicenciement Que pensez-vous de la prud’homie et des décisions de la Cour de cassation ?

Nathalie Arthaud La justice prud'homale est parfois plus favorable aux salariés, mais tous les travailleurs et les militants syndicaux savent que la justice en général est plutôt l'outil de nos adversaires sociaux, qu’elle est longue et souvent coûteuse et que la seule bonne justice c'est la lutte collective qui l’impose.

Vidéo : http://www.lutte-ouvriere.org/multimedia/interventions-tv-et-radio/nathalie-arthaud-la-manifestation-de-soutien-aux-travailleurs-de-goodyear-71692.html

lelicenciement Quel(s) pays applique(nt), selon vous, un droit du travail exemplaire ?

Nathalie Arthaud C'est un pays où les capitalistes ne font plus la loi, où l'Etat n'est pas une vache à lait de subventions et d'aides en tout genre pour les banquiers et autres puissants de la finance et de l'industrie, où ce qui prime c'est l'intérêt de l'immense majorité contre l'égoïsme et l'irresponsabilité de la minorité exploiteuse, où "le droit du travailleur n'est plus un vœu pieu" (selon les paroles de l'Internationale). Un pays et un monde à construire.


lelicenciement Que pensez-vous des propositions des autres candidats sur le droit du travail ?

Nathalie Arthaud Je ne parlerai par des partis de gouvernement, de droite comme de gauche, qui ont tous montré comment ils foulaient au pied les droits des travailleurs. Quant à ceux qui dans la gauche non-gouvernementale font des promesses sans dire qu'il faudra s'en prendre aux détenteurs de capitaux, à leurs profits, à leur système, ils font du vent. Déclamer sur le droit du travail, sans toucher aux intérêts capitalistes, c'est vendre des illusions. Le bon droit du travail sera ce que les travailleurs en feront en imposant par leurs luttes la satisfaction de leurs intérêts d'exploités.


lelicenciement Y a-t-il, dans votre équipe de campagne, des personnes ayant une grande connaissance du droit du travail ?

Nathalie Arthaud Oui, bien sûr, la plupart de nos militants en entreprises, parmi lesquels certains se sont devenus plus compétents, ainsi que quelques avocats ou juristes du travail qui défendent le camp des travailleurs. Car un droit qui n’est jamais octroyé et encore moins acquis, doit être défendu…

Nathalie Arthaud

Notes :
retour haut1 Article 34, alinea 3.6 de la Constitution : "La loi détermine les principes fondamentaux du droit du travail, du droit syndical et de la sécurité sociale."


Analyse



Au-delà de la gestion de la crise, du problème du chômage, du trou de la Sécurité Sociale, du court-terme, proposés par les autres candidats, Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière propose de changer de paradigme avec un projet à moyen et long terme :
Nathalie Arthaud « je suis convaincue qu’au travers de leur lutte, les travailleurs parviendront à la conscience que l'on peut se passer de la classe de la minorité exploiteuse et de son pouvoir sur la société ». La fin est clairement définie.


Quel est votre constat sur le droit du travail ?
Nathalie Arthaud Le droit du travail, le code du travail c'est le reflet du rapport de forces entre la classe ouvrière et le patronat.

La définition est précise et détachée de toute émotion. Elle n’est pas juridique mais socio-économique. Et pour faire évoluer ce rapport du côté des salariés, la candidate propose de mobiliser ces derniers : C'est avec des mobilisations encore plus importantes, par les grèves, les manifestations que les travailleurs se donneront les moyens de contester cet ordre social injuste et inégalitaire et d'imposer leur droit de vivre décemment.
L’élimination de la ‘minorité exploiteuse’ et son pouvoir social apparaissent donc comme des moyens pour obtenir le droit de vivre décemment.


Que voulez-vous changer dans le code du travail ? Que voulez-vous préserver ?

Nathalie Arthaud Face au chômage nous sommes pour imposer l'interdiction des licenciements, le partage du travail avec maintien du salaire. Nous sommes pour l'augmentation générale des salaires, retraites et pensions, en prenant sur les profits qui ne servent qu'à la spéculation.

Si les objectifs sont parfaitement définis et concrets, le détail n’apparait pas : qu’est-ce que le partage du travail ? Les 32 heures ? Plus ? Moins ? Le chiffrage de l’augmentation des salaires n’est pas présent. Comme il s’agit d’une augmentation générale, elle doit concerner aussi les hauts salaires. N’y a-t-il pas de plafond à toute rémunération, au nom de l’équité et de la décence ? La source de ces augmentations des salaires et pensions viendrait des profits venant uniquement de la spéculation. C’est une ressource limitée. Est-ce de cette limite dont dépendent les augmentations de salaire ?

Nous sommes également pour […]la suppression du secret bancaire, commercial et industriel sous menace d'expropriation.

Lutte Ouvrière inscrit ses revendications dans le sens contraire de l’évolution du droit communautaire, qui vient de valider sa directive sur le secret des affaires.
Cette directive a fait l’objet d’une pétition médiatisée lancée par Elise Lucet et reprise par des syndicats :
Pas un mot sur l’Europe alors que le droit communautaire devient de plus en plus prégnant.
Le moyen choisi étant le rapport de force en faveur des salariés, la négociation s’efface au profit de la prise de pouvoir.


Quel est votre point de vue sur le syndicalisme ?

Nathalie Arthaud L’organisation collective des salariés de leur défense de leurs intérêts immédiats est un bon début pour parvenir à la conscience qu'un monde sans propriété privée des moyens de production, sans concurrence, sans exploitation est possible.

En lien avec la prise de pouvoir citée plus haut, l’idée de l’appropriation collective (nationalisation ? SCOP ?) des entreprises viendrait de la défense des droits des salariés eux-mêmes par le syndicalisme.

Nous constatons que cet objectif n'est plus celui des grandes confédérations syndicales bien plus soucieuses de leurs intérêts de boutique que d'organiser les luttes générales de la classe ouvrière.

Que faut-il donc changer dans le paysage syndical français ? La représentativité a été mise en place en 2008, la publication des comptes est désormais obligatoires pour les gros syndicats…


Quel pays applique(nt), selon vous, un droit du travail exemplaire ?


Nathalie Arthaud
Un pays et un monde à construire.

Bel effort de transparence et d’humilité.


Que pensez-vous des propositions des autres candidats sur le droit du travail ?

Nathalie Arthaud
Déclamer sur le droit du travail, sans toucher aux intérêts capitalistes, c'est vendre des illusions. Le bon droit du travail sera ce que les travailleurs en feront en imposant par leurs luttes la satisfaction de leurs intérêts d'exploités.

Le droit version Lutte Ouvrière sera issu d’une lutte. Rousseau disait qu’un tel droit était celui du plus fort, qui existait avant la naissance de l’Etat de droit.
Mais le droit de Nathalie Arthaud serait un droit du plus fort à destination du plus grand nombre et voulant imposer de vivre décemment. Qui plus est, ce droit du plus fort viendrait en substitution du droit positif actuel qui accepte la précarité et la misère. Le rapport de force actuel entre salariés et patronat étant jugé comme actuellement défavorable pour les premiers, Lutte Ouvrière veut instaurer un Contrat social dans notre société issu de la force du plus grand nombre au détriment de la minorité exploiteuse et de son pouvoir.

Nathalie Arthaud propose une autre façon d’appréhender le droit du travail, basée sur la remise en question de la légitimité du droit actuel, inféodé aux détenteurs de capitaux.

Aux citoyens électeurs d’en accepter le principe ou non.
didier schneider
 
Message(s) : 110
Inscrit le : Mer Jan 29, 2014 4:12 pm

Retour vers Les programmes des candidats à l'élection présidentielle

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron